Le circulateur, l’indispensable à la maison



Vous résidez dans une région en hauteur et les points d’eau vous jouent des tours ? Ce circulateur de chaudière gaz est ce qu’il vous faut. En apparence, ce matériel est très proche du moteur électrique. La seule différence est qu’il dispose d’une roue à aubes. Ainsi, sa mission principale consiste à booster la circulation de ce qu’on appelle par « liquide calpoteur » que nous étalerons d’ailleurs plus tard. Mais pour faire court, on retrouve ce fluide caloporteur dans notre tuyauterie domestique. Le circulateur à chaudière bois se pose indispensable dans la mesure où il exerce une pression provoquant l’acheminement de celui-ci.

Comment est-ce qu’il fonctionne ?


On retrouve ce système de chauffage dans presque tous les produits de chauffage eau chaude sanitaire, ainsi que dans une poignée de climatiseurs daikin. Le liquide en question, lui, peut être une eau ordinaire faisant des allers et retours entre le chauffe-eau sanitaire et les étages de la maison ou encore un mix d’antigel et d’eau glacée en circuit de chauffage au sol fermé au sein des appareils de chauffage solaire, pompes à chaleur ou des panneaux solaires. Bref, techniquement, le débit d’eau qui en ressort conditionne l’appareil. Il est exprimé en mètre cube par heure ou au litre par seconde tandis que la pvc pression exercée par le soi-disant moteur, lui se définit en bar ou en Pascal. Le circulateur de chaudière à condensation est facile à utiliser, néanmoins, vous allez devoir effectuer des réglages de temps à autres pour éviter que l’engin tourne à vide. Cela entraînerait, pour sûr, une hausse dans votre facture d’électricité. C’est pourquoi il est important de miser sur la puissance adéquate à l’achat du produit.

Quel type de circulateur acheter ?


Si la puissance est maintes fois répétées, sur le marché s’affiche trois différentes catégories de circulateurs. La première version est le circulateur standard. Vous en trouverez dans presque tous les magasins spécialisés. Très en vogue, ils affichent dans leurs caractéristiques 1 à 4 vitesses de rotations fixes. De plus, c’est le moins onéreux de la liste. Puis s’ensuit le circulateur à vitesse variable. A la différence du premier, celui-ci est équipé d’une sorte de commande électronique, permettant à l’utilisateur de réaliser un réglage via convertisseur de puissance ou impulsions. Et enfin, le circulateur à aimant permanant dit à « moteur synchrone ». Très proche des deux modèles précédents, on le recommande pour faire des économies d’énergie.

Le véritable avantage du circulateur


Le prix d’un circulateur varie selon la classe A, B, C ou D où il se situe. Alors, pour la première catégorie, débourser 350 euros en moyenne serait raisonnable vu la performance de l’appareil. Par contre, si vous décidez de jeter votre dévolu sur la classe B, ce chiffre sera réduit jusqu’à 180 euros. Sacrée différence, n’est-ce pas ? Mais cela en vaut réellement la peine. En effet, la consommation annuelle du circulateur de classe A est évaluée à 52 à 78 kWh alors qu’elle augmente de 163 kWh/an en classe B jusqu’à atteindre 240 kWh pour la classe énergétique C. Le haut rendement est, de ce pas, important lorsqu’on part en quête du meilleur circulateur. Notons également que le circulateur est doté d’une longévité supérieure et ne sera amorti qu’en 10 ou 15 ans.

Demande de subvention : les bonnes démarches